EXPLICATION D’UN DOCUMENT D’HISTOIRE

 

D’après le sujet donné en Amérique du Nord – Séries L-ES – Juin 2010

Mise en forme du sujet - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

 

Deuxième message de J. F. Kennedy sur l'état de l'Union (11 janvier 1962) Extraits

 

 « Au cours de l'année écoulée, j'ai voyagé non seulement à travers notre propre pays, mais dans d'autres - au Nord, au Sud et par-delà les mers. Et j'ai constaté que les peuples du monde entier, malgré des déceptions passagères, comptent sur nous - non sur notre richesse ou notre puissance, mais sur la splendeur de nos idéaux, car notre nation a reçu mission de l'Histoire d'être soit le témoin de l'échec de la liberté, soit l'artisan de son triomphe. (...) Cette tâche doit d'abord être accomplie chez nous, car si nous ne pouvons réaliser nos propres idéaux, nous ne pouvons pas espérer que d'autres les acceptent. (...)

Une Amérique forte ne peut négliger les aspirations de ses concitoyens - l'amélioration de la condition des nécessiteux, les soins aux personnes âgées, l'éducation de la jeunesse. Car nous ne développons pas les richesses de la nation pour elles-mêmes. La richesse n'est qu'un moyen, dont la population est une fin. Toutes nos richesses matérielles ne nous apporteront pas grand-chose si nous ne les employons pas pour augmenter les chances offertes à la population. (...) Si cette nation est appelée à croître en sagesse et en force, alors toute personne capable d'obtenir un diplôme supérieur doit avoir la possibilité de faire valoir ses talents. (...) Le coût annuel par étudiant monte en flèche à des niveaux astronomiques - atteignant actuellement en moyenne 1650 dollars par an, alors que la moitié de nos familles gagne moins de 5000 dollars. Elles ne peuvent pas se permettre de telles dépenses, mais la nation ne peut pas se permettre de maintenir sa puissance militaire et de négliger son capital intellectuel. (...)

Nous avons entrepris l'an dernier un nouvel effort massif dans l'espace exosphérique. Notre but n'est pas seulement d'arriver les premiers sur la lune, pas plus que le véritable but de Charles Lindbergh* n'était d'arriver le premier à Paris. Son but était de développer les techniques et la maîtrise de son pays et d'autres pays dans le domaine de l'atmosphère. Et l'objectif que nous poursuivons en entreprenant cet effort qui, nous l'espérons, nous permettra de déposer l'un de nos concitoyens sur la lune, est de développer au sein d'une nouvelle frontière de la science, du commerce et de la coopération, la position des États-Unis et celle du monde libre. Cette nation est parmi les premières à explorer cette nouvelle frontière et nous entendons être parmi les premiers, sinon les premiers. Nous offrons nos connaissances et notre coopération aux Nations unies. Nos satellites fourniront bientôt aux autres nations des renseignements météorologiques améliorés. Et j'enverrai au Congrès une mesure tendant à régir le financement et le fonctionnement d'un système international de communications par satellites, d'une façon compatible avec l'intérêt public et notre politique étrangère. »

 

* Premier aviateur à avoir traversé l'Atlantique en avion en 1927

 

 

QUESTIONS

 

1. Dans quel contexte national et international ce message est-il diffusé ?

2. A quels mythes et à quelles valeurs du modèle américain J. F. Kennedy fait-il référence dans son discours ?

3. Quelles sont les limites du modèle américain évoquées par J. F. Kennedy ? En voyez-vous d'autres ?

4. Comment s'est concrétisé, à court et à long terme, le programme de J. F. Kennedy dans le domaine spatial ?