EXPLICATION D’UN DOCUMENT D’HISTOIRE

 

D’après le sujet donné en Nouvelle-Calédonie – Séries L-ES – Novembre 2008

Mise en forme du sujet - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

REFLEXIONS DE LORD SHAWCROSS SUR LE PROCES DE NUREMBERG.

 

« Je pense qu'il est temps d'oublier tout cela. Voilà plus de vingt ans que ces atrocités ont été commises, et une nouvelle génération s'est levée, innocente des crimes de la précédente. Un nouvel État - la République fédérale - a construit et consolidé une véritable démocratie. Etat qui reconnaît l'égalité des droits pour tout homme et qui contribue à la paix et à la prospérité du monde.

Mais ce monde est toujours en butte à de grandes difficultés et à de véritables dangers. Aussi devons-nous nous attacher à ne pas formuler de nouveaux reproches ni à créer de nouvelles amertumes. L'heure est au contraire à la compréhension mutuelle de tous les pays, notamment des nations de l'Europe libre. (...)

Nuremberg devait retracer et immortaliser l'histoire de l'effroyable cataclysme auquel l'humanité avait échappé de justesse, et se servir de cet horrible exemple pour prévenir clairement tout émule : les dirigeants d'un État criminel ne pourront plus échapper à leurs responsabilités propres en les imputant à un régime anonyme. (...)

Pour préserver la paix future et la coexistence entre les peuples, il fallait remettre à l'honneur le droit international et les devoirs qu'il implique. Seul un tribunal bénéficiant de l'assise internationale la plus vaste et se fondant sur le droit des peuples pouvait donner à ce procès le sens qu'il devait avoir : celui d'un avertissement pour l'humanité future. (...)

Le tribunal n'a pas condamné tous les accusés et n'a pas prononcé la peine de mort pour tous ceux qu'il a condamnés. Il n'est pas question ici d'évoquer les raisons qui ont conduit les juges à acquitter trois des accusés, à condamner sept d'entre eux à des peines de prison, et les autres à la peine de mort. (...)

Ce qui importe à présent, c'est l'influence de Nuremberg sur l'avenir du monde (...) Il est triste de constater que, depuis la fin du procès de Nuremberg, les violations du droit international se sont multipliées, en Corée, en Hongrie, au Cachemire, en Algérie, au Congo, au Viêt-nam. Avec elles, s'effondre l'espoir que nous avions formé au lendemain du procès d'instaurer le règne du droit dans un monde en paix.

 

Lord SHAWCROSS, procureur* britannique au procès de Nuremberg.

Extraits de la Préface de Nuremberg,  ou la justice des vainqueurs de G. Gründler et A. von Manikowsky (1967).

 

* Procureur : magistrat chargé de l'accusation dans un procès.

 

 

Questions :

 

1. Quand a eu lieu le procès de Nuremberg ? Qui y était jugé ? Pourquoi s'agit-il d'un tribunal « bénéficiant de l'assise internationale la plus vaste » ?

2. Qu'évoque l'auteur par la formule : « les atrocités commises » ?

3. Comment l'auteur justifie-t-il sa première affirmation : « je pense qu'il est temps d'oublier tout cela » ?

4. Expliquez l'une des allusions aux violations du droit international évoquées dans la phrase soulignée ?

5. Citez au moins une institution créée pour faire respecter « le règne du droit dans un monde en paix ».