EXPLICATION D’UN DOCUMENT D’HISTOIRE

 

D’après le sujet donné en Amérique du Sud – Séries L-ES – Novembre 2008

Mise en forme du sujet - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

 

Discours d'Houari Boumediene à la conférence d'Alger (1973)

 

 

« La coopération économique internationale ne saurait prendre un essor durable que si elle repose sur le principe de la souveraineté effective et concrète des pays en voie de développement sur leurs ressources naturelles et sur le principe de la maîtrise, par ces pays, des mécanismes qui commandent le fonctionnement de leur économie.

Il s'agit d'abord du contrôle effectif de chaque Etat sur l'exploitation de ses richesses naturelles et sur la conduite de ses activités économiques internes, ce qui implique [...] le droit à la nationalisation.

Il convient, en même temps, d'engager ou de poursuivre les transformations nécessaires dans les structures économiques internes, en vue de les adapter aux exigences d'un développement efficace et rapide, permettant d'accélérer le processus d'élimination du sous-développement.

En outre, la conférence a souligné la nécessité de renforcer la solidarité et la coopération entre les pays non alignés, par la mise en commun et la coordination de leurs efforts, et ce, afin d'accroître leur pouvoir de négociation dans la confrontation avec les groupements des pays industrialisés et de renforcer leur capacité de résistance à l'exploitation, aux pressions et aux agressions économiques. De même, elle s'est prononcée pour le soutien sans réserve de tous ceux qui luttent pour la récupération de leurs ressources nationales.

Enfin, la conférence préconise et encourage la mise en place d'organismes communs entre pays producteurs exportateurs de produits de base, comme c'est le cas notamment pour le pétrole et le cuivre, de même qu'elle préconise la tenue d'une conférence des pays en voie de développement au sujet de ces produits de base. [...]

Elle a décidé, en plus, la création d'un fonds de développement et de solidarité pour les pays non-alignés.

Elle préconise, enfin, une réunion conjointe de la C.N.U.C.E.D. et de la F.A.O. en vue d'examiner les mesures à prendre pour parer aux conséquences de la crise alimentaire mondiale qui se profile en ce moment, et dont les pays en voie de développement risquent d'être les seules victimes.

Compter sur soi apparaît ainsi comme le corollaire, sur le plan économique, de la politique de non-alignement. Car dans la mesure où le non-alignement consiste essentiellement à protéger l'indépendance nationale contre les pressions hégémonistes, les convoitises et l'attraction des zones d'influence, il serait pour le moins peu réaliste de fonder son développement uniquement sur l'appui de l'aide extérieure. »

 

 

Note :

FAO : organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.

CNUCED : Conférence de Nations Unies sur le commerce et le développement.

 

Source : Extrait du discours de clôture prononcé par Houari Boumediene, président de la République d'Algérie à la 4ème conférence des pays non-alignés (Alger, le 9 septembre 1973)

paru dans France-Algérie, n° 43, septembre 1973.

 

 

 

QUESTIONS

 

1 - A l'aide du texte relevez et définissez deux aspects du non alignement.

2 - Expliquez la phrase soulignée.

3 - Présentez deux éléments qui, selon l'auteur, devraient permettre le développement des pays non alignés.

4 - Pour quelles raisons les orientations souhaitées par Houari Boumediene ne se sont-elles pas réalisées ?