EXPLICATION D’UN DOCUMENT D’HISTOIRE

 

D’après le sujet donné en Inde – Séries L-ES-S – Avril 2005

Mise en forme du sujet - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

La fin des Indes britanniques d’après Attlee en 1947.

 

« 1. Depuis longtemps, la politique des gouvernements britanniques successifs a été de travailler à la réalisation du self-government dans l'Inde. En fonction de cette politique, une responsabilité croissante a été dévolue aux Indiens et, aujourd'hui, l'administration civile et les forces armées indiennes sont dans une large mesure aux mains de fonctionnaires et d'officiers indiens. En matière constitutionnelle, les lois de 1919 et de 1935 votées par le Parlement britannique représentent un substantiel transfert de pouvoir politique. En 1940, le gouvernement de coalition reconnut que les Indiens devaient construire eux-mêmes une nouvelle Constitution pour une Inde pleinement autonome, et par l'offre de 1942, ils l'invitèrent à établir une assemblée constituante dans ce but aussitôt que la guerre serait terminée.

2. Le gouvernement de Sa Majesté croit que cette politique a été juste et, en accord avec les principes démocratiques [...], le gouvernement pense que le moment est venu de faire passer la responsabilité du gouvernement de l'Inde dans des mains indiennes.

3. La mission ministérielle, envoyée l'année dernière dans l'Inde, eut pendant trois mois des consultations avec les leaders indiens pour les aider à se mettre d'accord sur une méthode propre à définir la future Constitution de l'Inde, de façon que ce transfert puisse avoir lieu rapidement et sans heurts. Ce n'est que lorsqu'il parut évident que, sans une initiative de la mission, aucun accord ne pourrait être obtenu, que les propositions furent formulées par elle. [...]

7. Le gouvernement de Sa Majesté désire transmettre ses responsabilités à des autorités établies par une Constitution approuvée par toutes les parties de l'Inde, conformément au plan de la mission. Malheureusement, il n'existe pas actuellement de perspective nette  qu'une telle  Constitution  et de telles  autorités  puissent apparaître. Le présent état d'incertitude est plein de dangers et ne peut indéfiniment se prolonger. Le gouvernement de Sa Majesté souhaite faire savoir clairement qu'il est dans son intention définitive de prendre les mesures nécessaires pour effectuer le transfert de pouvoir entre des mains responsables au plus tard en juin 1948.[...]

15. Le gouvernement de Sa Majesté ne peut terminer sa déclaration sans exprimer au nom du peuple de ce pays sa bienveillance et ses bons vœux, au peuple de l'Inde dans sa marche vers l'étape finale et l'accomplissement du gouvernement autonome. Ce sera le souhait de tous les habitants de nos îles, que, malgré les changements constitutionnels, l'association des peuples britannique et indien ne connaisse pas son terme. »

 

Attlee, Premier ministre du Royaume-Uni, Déclaration à la chambre des Communes (extraits),

20 février 1947.

 

Questions :

 

1. Quelle décision majeure le premier ministre Attlee annonce-t-il dans cette déclaration ?

2. D'après le document, quelle définition les Britanniques donnent-ils du self-government ?

3. À quels « leaders indiens » et à quels dangers Attlee fait-il allusion dans le point 3 de la déclaration ?

4. Peut-on considérer que le transfert a pu avoir lieu « rapidement et sans heurts » ?