EXPLICATION D’UN DOCUMENT D’HISTOIRE

 

D’après le sujet donné en Métropole – Série S – Septembre 2005

Mise en forme du sujet - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

La situation internationale vue par un Africain (discours à Belgrade en 1961).

 

« Nous voici donc réunis à Belgrade, à la conférence historique des pays non-alignés, et je dois confesser que je préfère l'expression « non-alignés » à celle de « non-engagés » [...]. Oui, nous sommes engagés auprès des peuples qui luttent pour conquérir leur indépendance contre ceux qui les privent de leur liberté et exercent sur eux une répression sauvage, nous sommes engagés auprès de ceux qui considèrent que tous les peuples sont égaux, ont droit au respect [...].

Comme vous, nous ressentons chaque coup porté par le colonialisme à la liberté des peuples subjugués, plus singulièrement aux peuples d'Afrique. À tous ces peuples, nous continuerons d'assurer notre soutien actif et sans réserve jusqu'à la liquidation complète du colonialisme dans le continent africain [...]. C'est pourquoi notre République continue d'appuyer par tous les moyens les frères algériens au combat pour leur indépendance et l'intégrité de leur territoire contre le colonialisme français, c'est pourquoi contre le colonialisme belge nous nous sommes rangés au côté de Patrice Lumumba et avons coordonné nos efforts pour la libération du Congo et son unité [...]. La meilleure contribution à la lutte de liquidation du colonialisme c'est l'appui sans réserve aux mouvements de libération, c'est la reconnaissance de ces mouvements de libération. En agissant ainsi, nous demeurons fidèles à la charte des Nations unies qui reconnaît à chaque peuple le droit de disposer de lui-même.[...]

Il devient impérieux que notre conférence dise son mot et clairement sur les questions où s'opposent les deux blocs. C'est un cas dont la complexité n'échappe à personne. Je ne veux pas vous ennuyer avec les conséquences catastrophiques d'une prochaine guerre. Le problème du désarmement est un problème qui nous intéresse au même titre que les deux blocs ; il faut un désarmement total et général mais cela doit-il empêcher les grandes puissances de considérer comme positive toute solution partielle sur le désarmement [...] ?

Il existe un autre problème grave, dont le côté humain ne doit pas être négligé et qui crée un véritable cas de conscience avec la situation imposée en Corée, au Viêt-Nam et en Chine. Les peuples coréen, vietnamien, chinois et allemand aspirent à la réalisation de leur unité nationale. Pourquoi la parole ne serait-elle pas donnée aux peuples intéressés pour qu'ils engagent entre eux des négociations ? »

 

Allocution de Modibo Keita, président de la République du Mali, à la conférence des non-alignés, Belgrade, 6 septembre 1961.

 

Questions :

 

1. Où en est le processus de décolonisation à la date de ce document et quelle est la position de l'auteur à ce sujet ?

2. L'auteur évoque « les peuples coréen, vietnamien, chinois et allemand » ; pour deux d'entre eux, au choix du candidat, préciser la situation exacte à laquelle ils sont alors confrontés.

3. Quels dangers liés à l'existence de deux blocs opposés sont mis en évidence dans ce texte ?

4. A partir des positions de l'auteur et des connaissances du candidat, quelle définition et quelle évolution du non-alignement peut-on proposer ?