ETUDE D'UN ENSEMBLE DOCUMENTAIRE

 

D’après le sujet donné en Amérique du Nord – Série S - Mai 2005

Mise en forme du sujet - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

Sujet : Comment évolue la "guerre froide" dans les années 1975-1985 ?

 

Document 1 : Extrait d’un texte de A. Haig, secrétaire d’État de R. Reagan de 1980 à 1984, « Le climat mondial vu depuis Washington en 1980 », L’Amérique n’est pas une île, Plon, 1985.

Document 2 : Les affrontements en Asie centrale en 1979 à travers la presse française, Le Monde du 29 décembre 1979.

Document 3 : Carte, L’Europe dans les années 1980, d’après P. Touchard, C. Bermont, P. Cabanel et M. Lefebvre, Le Siècle des excès. De 1880 à nos jours, PUF, 1992.

Document 4 : Photographie : « Des étudiants iraniens brûlent le drapeau américain sur le mur de l’ambassade des Etats-Unis à Téhéran (Iran) ».

 

Première partie

Analyser l’ensemble documentaire en répondant aux questions :

1. D’après le document 1, comment les États-Unis analysent-ils la politique internationale de l’URSS à la fin des années 1970 ?

2. Présenter la situation américaine sur la scène internationale à la fin des années 1970 (documents 1, 2 et 4).

3. En quoi le document 3 démontre-t-il la persistance de l’affrontement bipolaire dans les années 1980 ?

4. Quelle nouvelle forme de tension apparaît en Iran (documents 2 et 4) ?

 

Deuxième partie

À l’aide des réponses aux questions, des informations contenues dans les documents et de vos connaissances, rédiger une réponse organisée au sujet :

« Comment évolue la “guerre froide” dans les années 1975-1985 ? »

 

 

Document 1:

Le climat mondial vu depuis Washington en 1980.

 

Nous avions abandonné de sang-froid notre allié fidèle, le chah d'Iran, attitude qui a fait trembler d'appréhension tous les chefs d'État modérés du Moyen-Orient. Le golfe Persique se trouvait désormais menacé par le régime théocratique installé à Téhéran, où la raison semblait ne pas avoir cours, et les Arabes modérés se demandaient qui allait les protéger si les Soviétiques réussissaient à prendre le contrôle du mouvement fondamentaliste. Que les Soviétiques nourrissent des ambitions quant au Golfe et au-delà, personne n'en a jamais douté. L'Armée rouge occupait l'Afghanistan. L'Ethiopie et les deux Yémens étaient aux mains des gens favorables à l'URSS. Des troupes cubaines étaient postées dans trois pays africains, et la présence de troupes soviétiques, également, était un secret de polichinelle. Kadhafi était en train d'armer une conspiration internationale, servie par des coupe-gorge gauchistes munis d'armes et d'explosifs soviétiques, et il menaçait le Tchad et le Soudan avec une force militaire conventionnelle. [...]

Les feux de l'insurrection, allumés par les Soviétiques et alimentés par leurs représentants, les Cubains, s'étendaient sans contrôle possible dans toute l'Amérique centrale. En Europe, où l'on avait lancé une campagne massive de propagande destinée à nous séparer de nos alliés de l'OTAN sur la question des armes nucléaires, ceux-ci nous suppliaient de reprendre notre position de leader, que nous avions négligée. En Asie du Sud-Est, nous avions presque complètement abandonné notre influence, et s'il n'y avait pas eu les Chinois pour faire notre travail à notre place dans cette région, le reste des « dominos » seraient également tombés, après le Vietnam du Sud, le Cambodge et le Laos.

Quant à la Chine, le pays le plus important du monde sur le plan stratégique, elle avait reçu des promesses considérables, autant de la part des démocrates que des républicains, mais bien peu avaient été tenues. Les dirigeants chinois en étaient à se demander quel intérêt il y avait à entretenir des relations avec une Amérique trop affaiblie par son malaise pour résister à l'expansion de l'hégémonie soviétique en Extrême-Orient et pour apporter un secours, même minime, à une Chine qui tentait, au prix d'un énorme risque, de se sortir de l'impasse économique et politique dans laquelle l'avait placée le maoïsme. Il régnait, pour résumer, un climat mondial d'incertitude. [...] Le nouveau président, dès les premiers jours, devait réagir contre cette incertitude. Il fallait qu'il se dresse de façon décisive et directe face à l'Union soviétique.

 

A. Haig, secrétaire d'Etat de R. Reagan de 1980 à 1984, L'Amérique n'est pas une île, Paris, Plon, 1985.

 

 

Document 2

Les affrontements en Asie centrale en 1979 à travers la presse française.

 

 

Source : Une du quotidien Le Monde du 29 décembre 1979.

 

Document 3

L'Europe dans les années 1980.

 

D'après P. Touchard, C. Bermont, P. Cabanel et M. Lefebvre, Le Siècle des excès. De 1980 à nos jours, PUF, 1992. Mis en ligne sur le site www.annabac.com

 

 

SS 20 : missiles à têtes nucléaires de portée intermédiaire installés, à partir de 1977, par l’URSS en Europe de l’Est.

Pershing II : missiles à têtes nucléaires de portée intermédiaire installés, à partir de 1983, par les États-Unis dans certains pays de l’OTAN.

 

 

Document 4:

Des étudiants iraniens brûlent le drapeau américain sur le mur de l’ambassade des Etats-Unis à Téhéran (Iran).