ETUDE D'UN ENSEMBLE DOCUMENTAIRE

 

D’après le sujet donné en Nouvelle-Calédonie – Séries L-ES – Mars 2006

Mise en forme du sujet - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

Sujet. Les échanges de marchandises et de capitaux : une mondialisation inégale en débat

 

Liste des documents :

 

Document n°1 : Carte du commerce mondial de marchandises en 2000.

Document n°2 : Carte des principales places boursières en 2000.

Document n°3 : Carte des investissements directs à l'étranger (IDE) des multinationales.

Document n°4 : Affiche « anti-Nike » publiée dans le magazine altermondialiste canadien Adbusters en décembre 2000.

Document n°5 : La mondialisation dénoncée par Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie.

 

Première partie

Analysez l'ensemble documentaire en répondant aux questions :

 

1. Décrivez la répartition des principaux flux du commerce mondial de marchandises, (document 1)

2. À l'aide des documents 2 et 3, montrez que les échanges de capitaux témoignent d'une mondialisation inégale.

3. Définissez le terme « altermondialiste ». Dans quels buts cette affiche est-elle publiée dans ce magazine ? (document 4)

4. Relevez les arguments montrant que la mondialisation est objet de critiques. (document 5)

 

Deuxième partie

À l'aide des réponses aux questions, des informations contenues dans les documents et de vos connaissances, rédigez une réponse organisée au sujet :

« Les échanges de marchandises et de capitaux : une mondialisation inégale en débat ».

 

Document 1 :

Carte du commerce mondial de marchandises en 2000.

 

 

Sources : Statistiques du commerce mondial 2001, OMC. Manuel de statistiques, CNUCED, New York 2000. Fonds Monétaire International.

                          

Document 2

Carte des principales places boursières en 2000.

 

 

 

Document 3

Carte des investissements directs à l'étranger (IDE) des multinationales.

 

 

 

Document 4:

Affiche « anti-Nike » publiée dans le magazine altermondialiste canadien Adbusters en décembre 2000.

 

 

 

Document 5 :

La mondialisation dénoncée par Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie

 

Les pays industrialisés, et notamment les États-Unis, sont de fervents défenseurs de la libéralisation du commerce. Mais si vous regardez ce qui se passe vraiment, ce commerce mondial est très asymétrique, très injuste. Sous la pression des pays développés, le Sud ouvre ses frontières, abolit les subventions, pendant que le Nord, qui devrait pourtant être en mesure de s'adapter beaucoup plus vite, continue d'interdire l'entrée des produits en provenance du Sud et maintient les subventions pour défendre ses propres produits. Quand les États-Unis ont négocié sur le textile avec la Chine, les Américains ont donné à celle-ci 10 ans pour s'adapter à la libéralisation du commerce, alors qu'eux-mêmes ont expliqué avoir besoin de quatre années de plus pour le faire, soit 14 ans au total ! Deuxième exemple flagrant : la libéralisation des marchés de capitaux, un processus destiné à permettre une plus grande facilité d'entrée et de sortie des capitaux à court terme. Les faits ont montré que cette grande fluidité crée beaucoup d'instabilité dans les pays en voie de développement. Surtout, on s'est aperçu que cela ne contribuait pas à la croissance économique. Une question se pose alors : pourquoi le FMI demande-t-il une libéralisation du marché des capitaux ? La réponse est évidente. Le FMI répond aux intérêts des marchés financiers et des pays industrialisés avancés. Il ne répond pas aux préoccupations réelles du monde en développement.

 

Extrait de « Grands Entretiens d'août », Le Figaro, 19 août 2002.