ETUDE D'UN ENSEMBLE DOCUMENTAIRE

 

D’après le sujet donné en Métropole – Séries L-ES-S – Juin 2009

Mise en forme du sujet - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

Sujet : L’espace mondial : une inégale intégration dans la mondialisation

 

Liste des documents :

 

Document 1 : Le commerce mondial aujourd'hui

Document 2 : La firme Nike dans le monde

Document 3 : Le commerce extérieur et l'évolution du PIB en Asie orientale

Document 4 : La présence des grands distributeurs mondiaux en Chine

Document 5 : L'Afrique dans la mondialisation

 

Première partie :

Analyser l'ensemble documentaire en répondant aux questions :

1. Quels aspects de la mondialisation apparaissent dans les documents 1, 2 et 4 ?

2. D'après le document 2, quelles sont les stratégies de l'entreprise Nike dans l'espace mondial ?

3. En quoi les documents 3 et 4 montrent-ils l'inégale intégration de l'Asie orientale dans la mondialisation ?

4. Expliquez en quoi le document 5 confirme mais nuance les documents 1 et 2.

 

Deuxième partie :

A I'aide des réponses aux questions, des informations extraites des documents et de vos connaissances personnelles, vous rédigerez une réponse organisée au sujet :

L’espace mondial : une inégale intégration dans la mondialisation

 

 

 

Document 1 :

Le commerce mondial aujourd'hui

 

 . 

 

  

Document 2 :

La firme Nike dans le monde

 

 

 

 

Document 3 :

Le commerce extérieur et l'évolution du PIB en Asie orientale

 

 

 

 

 

Document 4 :

La présence des grands distributeurs mondiaux en Chine

 

 

 

 

Document 5 :

L'Afrique dans la mondialisation  

 

A lire les statistiques officielles, l'Afrique pèse de moins en moins dans la mondialisation : elle ne capte que 2% des investissements internationaux, ne représente que 2% du commerce mondial, contre 10% dans les années 1970.

Pourtant (...) l'Afrique est ouverte sur l'économie mondiale. Les ressources pétrolières et minières que recèle son vieux socle géologique en font un continent convoité, dont les activités de prospection sont encore loin d'avoir révélé tous les trésors. Mais les grandes entreprises internationales qui exploitent ces ressources contribuent peu au développement. Elles alimentent surtout une « économie d'enclave » qui enrichit les Etats, mais ne bénéficie pas à la population. Certains s'inquiètent même que l'Afrique ne soit en train de brader son patrimoine naturel sans anticiper l'inévitable déclin de ses ressources : au Gabon, au Cameroun, l'ère du pétrole s'achève, sans que le pays ne se soit développé dans l’intervalle.

La crise des États des années 1990 explique en effet que l'Afrique soit devenue le domaine de la mondialisation sauvage (...). Faux médicaments, déchets toxiques, drogues, armes, diamants, mais aussi contrebande de cigarettes ou de voitures... tous les trafics illicites ont été rendus possibles par l'affaiblissement, voire la disparition du contrôle des territoires, les situations de guerre civile et de criminalisation des économies. (...)

Mais depuis le début du XXIe siècle, cette situation est en train de changer. Peu à peu, la mondialisation en Afrique s'exerce dans un cadre plus régulé. (...) De nouveau, l'Afrique est devenue un enjeu. Si son marché intérieur est encore limité par la pauvreté de sa population, les immenses besoins non satisfaits des 900 millions d'Africains offrent aux entreprises d'immenses opportunités. Toutes les grandes puissances, du Nord comme du Sud, l'ont compris.

 

Source : Sylvie Brunel, « L'Afrique dans la mondialisation », La Documentation photographique n°8048, 2005.