ETUDE DE DOCUMENT(S) EN HISTOIRE

 

DÕaprs le sujet donnŽ en Inde – TSTMG – Avril 2014

Mise en forme du sujet – Arnaud LEONARD – LycŽe Franais de Tananarive

 

 

SUJET DÕETUDE DU PROGRAMME Ç LES FEMMES DANS LA SOCIETE FRAN‚AISE È

 

 

Document 1. Extraits du discours de Simone Veil ˆ l'AssemblŽe nationale, 26 novembre 1974

 

Monsieur le PrŽsident, Mesdames, Messieurs, si j'interviens aujourd'hui il cette tribune, ministre de la SantŽ, femme et non parlementaire, pour proposer aux Žlus de la nation une profonde modification de la lŽgislation sur l'avortement, croyez bien que c'est avec un profond sentiment d'humilitŽ devant la difficultŽ du problme, comme devant l'ampleur des rŽsonances qu'il suscite au plus intime de chacun des Franais et des Franaises, et en pleine conscience de la gravitŽ des responsabilitŽs que nous allons assumer ensemble. [...]

Pourtant, d'aucuns s'interrogent encore : une nouvelle loi est-elle vraiment nŽcessaire ? Pour quelques-uns, les choses sont simples : il existe une loi rŽpressive, il n'y a qu'ˆ l'appliquer. D'autres se demandent pourquoi le Parlement devrait trancher maintenant ces problmes : nul n'ignore que depuis l'origine, et particulirement depuis le dŽbut du sicle, la loi a toujours ŽtŽ rigoureuse, mais qu'elle n'a ŽtŽ que peu appliquŽe. [...]

Pourquoi ne pas faire respecter la loi ?

Parce que si des mŽdecins, si des personnels sociaux, si mme un certain nombre de citoyens participent ˆ ces actions illŽgales, c'est bien qu'ils s'y sentent contraints ; en opposition parfois avec leurs convictions personnelles, ils se trouvent confrontŽs ˆ des situations de fait qu'ils ne peuvent mŽconna”tre. Parce qu'en face d'une femme dŽcidŽe ˆ interrompre sa grossesse, ils savent qu'en refusant leur conseil et leur soutien ils la rejettent dans la solitude et l'angoisse d'un acte perpŽtrŽ dans les pires conditions, qui risque de la laisser mutilŽe ˆ jamais. Ils savent que la mme femme, si elle a de l'argent, si elle sait s'informer, se rendra dans un pays voisin ou mme en France dans certaines cliniques et pourra, sans encourir aucun risque ni aucune pŽnalitŽ, mettre fin ˆ sa grossesse. Et ces femmes, ce ne sont pas nŽcessairement les plus immorales ou les plus inconscientes. Elles sont 300 000 chaque annŽe. Ce sont celles que nous c™toyons chaque jour et dont nous ignorons la plupart du temps la dŽtresse et les drames.

C'est ˆ ce dŽsordre qu'il mettre fin. C'est cette injustice qu'il convient de cesser.

 

Simone VEIL, discours ˆ l'AssemblŽe nationale, 26 novembre 1974.

 

 

Document 2. Affiche de 1979 contestant la loi autorisant lÕI.V.G.

 

 

CrŽdit : ROGER-VIOLLET.

 

1. PrŽsentez le contexte du document, l'auteur et l'objectif de son discours.

2. Pourquoi, selon Simone Veil, Ç une nouvelle loi est-elle vraiment nŽcessaire È ? Relevez les diffŽrents arguments prŽsents dans le texte.

3. Que montre le document 2 sur la loi Veil de 1975 concernant l'interruption volontaire de grossesse (l.V.G.) ? Justifiez votre rŽponse.

4. Ë l'aide des documents et de vos connaissances, expliquez en quoi l'exemple de la loi Veil de 1975 reflte l'Žvolution de la place des femmes dans la sociŽtŽ franaise et provoque un dŽbat majeur.