CORRIGE DU SUJET D’EXPLICATION D’UN DOCUMENT D’HISTOIRE

 

Mise en forme - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

Ces éléments nationaux de correction n'ont qu'une valeur indicative. Ils peuvent être complétés par ceux de la commission académique d’harmonisation et ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité des autorités académiques, chaque jury est souverain.

 

Le candidat répond à des questions. Il doit manifester une compréhension générale du document et faire preuve de sa capacité à identifier des informations et à les éclairer à partir de ses connaissances personnelles.

Comme le prévoit la définition de l'épreuve, le candidat ne répond qu'aux questions posées. L'ensemble de ces réponses ne comporte pas de limite de volume afin de ne pas brider le candidat ayant une réflexion approfondie et des connaissances pertinentes par rapport aux questions. Toutefois le temps limité dont il dispose doit l'inciter à fournir des réponses concises.

 

Le correcteur évalue :

- la compréhension globale du document ;

- la capacité du candidat à identifier des informations et à les éclairer par ses connaissances personnelles ;

- la concision et la rigueur des réponses ;

- la maîtrise de l'expression écrite.

 

Sujet : Une analyse américaine de la situation en Asie dans les années 1960

 

 

La (les) partie(s) du programme concernée(s) par le sujet :

Ce texte porte, au sein de la première partie du programme de L et ES ("Le monde de 1945 à nos jours") sur le thème "Les grands modèles idéologiques et la confrontation Est-Ouest jusqu'aux années 1970" et, dans la première partie de celui de S ("Les relations internationales depuis 1945"), sur le thème "La guerre froide, 1947-1991".

 

Question 1 :

1. Ce texte associe deux types de sources historiques : lesquelles ?

Le texte associe deux éléments de date et de nature différentes : les mémoires de McNamara, texte postérieur aux événements (la traduction française date de 1996) et une note de la CIA, reprise dans les mémoires, et contemporaine des événements (elle est datée de 1964) : 32 ans séparent donc les deux parties du texte. Lorsqu'il écrit ses mémoires, McNamara connaît donc la fin des événements.

 

Question 2 :

2. Qu'est-ce que la politique de containment ?

Le mot containment est traditionnellement traduit par « endiguement » ; « contenir l'expansion du communisme » exprime, dans ce texte, la notion d'endiguement. Les Américains veulent, dès le début de la guerre froide, endiguer l'essor du communisme en Asie et ailleurs dans le monde : c'est la doctrine Truman énoncée en 1947.

 

Question 3 :

3. Par quel « effet domino », d'après le texte, est-elle remise en cause ?

L' « effet domino » exprime l'idée que le communisme « tombera » sur les pays les uns après les autres à la manière des dominos. Le texte évoque la perte du Sud-Vietnam (au profit du Nord-Vietnam) et du Laos ; dans la suite, le Cambodge et la Thaïlande sont menacés.

 

Question 4 :

4. Quelles autres menaces, relevées par la CIA, les États-Unis perçoivent-ils ?

La note de la CIA accorde une grande place à la Chine. Depuis Bandoeng, la Chine soutient les luttes des pays du Tiers Monde et se pose en « leader du communisme mondial » en considérant les Etats-Unis comme un « tigre de papier » ; le texte évoque aussi la prudence de l'URSS dans le cadre de la Détente qui commence tout juste ; la Chine entend donc prendre l'initiative partout dans le monde sous-développé pour soutenir les mouvements révolutionnaires ; une telle exportation de la révolution peut étendre les « dominos » au monde entier.

 

Question 5 :

5. Que désigne McNamara par l'expression "pente savonneuse" ?

La « pente savonneuse » rappelle l'engagement de plus en plus important des États-Unis au Vietnam, sans pour autant parvenir à empêcher le Vietnam du Nord de s'emparer du Sud. L'un ou l'autre de ces jalons du conflit vietnamien peut rappeler cette pente : intervention de plus en plus massive de 1964 à 1968, « vietnamisation » du conflit, retrait définitif de Saigon en 1975.