CORRIGE DU SUJET D’ETUDE D’UN ENSEMBLE DOCUMENTAIRE

 

Mise en forme - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

Ces éléments nationaux de correction n'ont qu'une valeur indicative. Ils peuvent être complétés par ceux de la commission académique d’harmonisation et ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité des autorités académiques, chaque jury est souverain.

 

L'étude d'un ensemble documentaire doit permettre au candidat de faire preuve de sa capacité à construire une réflexion cohérente en réponse au sujet posé, à partir d'un ensemble de documents et de ses connaissances.

Pour la première partie, le candidat répond à des questions, cinq au maximum. C'est un exercice à part entière qui aide le candidat à analyser l'ensemble documentaire. Les questions n'appellent pas, généralement, de réponses très longues. On attend que ces réponses soient concises, qu'elles comportent les notions, les faits et les informations nécessaires et qu'elles soient rigoureusement rédigées.

Pour la deuxième partie, le candidat utilise les différentes formes d'information à sa disposition (réponses aux questions, autres informations contenues dans l'ensemble documentaire, connaissances personnelles). Il rédige une réponse organisée distinguant dans des paragraphes différents les grandes idées répondant au sujet. Cette réponse organisée comprend une ou deux phrases introductives et une ou deux phrases conclusives. Cette rédaction ne comporte pas de limite de volume. Mais il est à conseiller aux candidats de ne pas consacrer un temps excessif à l'ensemble de l'exercice qui est prévu pour être réalisé en 2 h 30 à 3 h.

 

Le correcteur évalue :

- la capacité à répondre avec exactitude et concision aux questions posées en faisant preuve d'esprit critique;

- la capacité à répondre à la problématique du sujet en une réflexion organisée, associant les connaissances personnelles et les informations prélevées dans les documents composant l'ensemble documentaire; on sanctionnera à cet égard la seule reprise des informations des documents, ou, a contrario, le simple récit du cours ignorant l'exploitation des documents;

- l'aptitude à lire et à interpréter un ensemble documentaire, à identifier, croiser, hiérarchiser, contextualiser, les informations prélevées dans les divers documents;

-la maîtrise de l'expression écrite.

 

Bien que la notation soit globale et exclue l'élaboration d'un barème détaillé, chacune des deux productions (réponse aux questions et rédaction d'une réponse au sujet), de nature fort différente, doit être prise en compte dans l'évaluation (on peut conseiller au correcteur de considérer que la réponse aux questions compte pour 40% environ dans l'appréciation d'ensemble de l'exercice et que la réponse rédigée au sujet intervient environ pour les 60% restant).

 

Sujet : L'espace mondial : une inégale intégration dans la mondialisation.

 

 

La (les) partie(s) du programme concernée(s) par le sujet :

En ES/L, il s'agit de la première partie du programme : « Un espace mondialisé » qui correspond à une dizaine d'heures de cours. Le candidat peut aussi trouver des arguments dans les parties consacrées à l'Asie orientale et, dans la partie « des mondes en quête de développement ». 

 

La problématique :

 

 

Les questions :

Question 1 : Quels aspects de la mondialisation apparaissent dans les documents 1, 2 et 4 ?

Les documents font apparaître l'importance des flux à l'échelle mondiale, commerciaux et financiers principalement. Les exemples de la firme Nike et des principaux distributeurs mondiaux fournissent des raisons à ces échanges : la différenciation des lieux de production et des lieux de consommation, la recherche de conditions de production optimales, de nouveaux marchés, la mondialisation des modes de consommation. Ils rappellent le rôle des firmes transnationales dans le processus.

 

Question 2 : Quelles sont les stratégies d'implantation de l'entreprise Nike dans l'espace mondial, d'après le document 2 ?

Elle développe une stratégie mondiale : recherche d'une main d'œuvre à bas coût (mais pas seulement : il y a peu de production en Afrique), découplage des activités de gestion, de conception et de production en fonction des spécificités de la main-d'œuvre des ensembles régionaux, forte implantation près des centres de consommation ...

 

Question  3 : Quelles évolutions économiques les FED de l'Asie orientale connaissent-ils à différentes échelles (documents 3 et 4) ?

L'Asie orientale bénéficie globalement d'une forte croissance économique. Mais on constate des inégalités à plusieurs échelles : les pays qui ont les taux de croissance les plus élevés sont ceux qui sont en développement (ils partent de plus bas que ceux qui sont développés comme le Japon) et qui échangent le plus avec leurs voisins et le reste du monde. En Chine, les grandes métropoles et les régions proches du littoral sont favorisées par rapport à celles de l'intérieur. L'intégration de l'espace de l'Asie orientale est donc inégale et privilégie les littoraux et les métropoles.

 

Question 4 : Expliquez en quoi le document 5 confirme mais nuance les documents 1 et 2.

Il confirme la marginalisation de l'Afrique dans le processus de mondialisation et évoque certaines causes : dysfonctionnements, dépendances, sous-industrialisation...

Il nuance ce constat puisqu'une certaine forme d'intégration à la mondialisation y a lieu : l'Afrique représente un marché potentiel et dispose de ressources importantes. Les pays du Nord en prennent conscience.

 

La réponse organisée au sujet :

Les réponses aux questions de la première partie, les documents et leurs connaissances doivent permettre aux candidats de dégager les éléments de réponse suivants :

La mondialisation, phénomène complexe où les firmes transnationales jouent un rôle important, intègre inégalement et selon des spécificités diverses les grands ensembles de l'espace mondial :

-   les centres d'impulsion (Amérique du Nord, Union européenne, Japon) focalisent l'essentiel de la vitalité économique mondiale.

-   des   ensembles   régionaux   comme   l'Asie   orientale   sont   en   forte croissance économique.

-   des espaces restent encore marginalisés comme l'Afrique.

Pourtant on constate même dans les espaces marginalisés par la mondialisation des formes d'intégration et des évolutions (voir l'Afrique).

Cette intégration diffère aussi selon l'échelle considérée :

-   sur un même territoire national, les espaces sont inégalement intégrés et dynamiques.

-    La mondialisation favorise les régions proches des littoraux et les métropoles.

 

Eléments valorisables :