CORRIGE DU SUJET D’ETUDE D’UN ENSEMBLE DOCUMENTAIRE

 

Mise en forme - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

Ces éléments nationaux de correction n'ont qu'une valeur indicative. Ils peuvent être complétés par ceux de la commission académique d’harmonisation et ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité des autorités académiques, chaque jury est souverain.

 

L'étude d'un ensemble documentaire doit permettre au candidat de faire preuve de sa capacité à construire une réflexion cohérente en réponse au sujet posé, à partir d'un ensemble de documents et de ses connaissances.

Pour la première partie, le candidat répond à des questions, cinq au maximum. C'est un exercice à part entière qui aide le candidat à analyser l'ensemble documentaire. Les questions n'appellent pas, généralement, de réponses très longues. On attend que ces réponses soient concises, qu'elles comportent les notions, les faits et les informations nécessaires et qu'elles soient rigoureusement rédigées.

Pour la deuxième partie, le candidat utilise les différentes formes d'information à sa disposition (réponses aux questions, autres informations contenues dans l'ensemble documentaire, connaissances personnelles). Il rédige une réponse organisée distinguant dans des paragraphes différents les grandes idées répondant au sujet. Cette réponse organisée comprend une ou deux phrases introductives et une ou deux phrases conclusives. Cette rédaction ne comporte pas de limite de volume. Mais il est à conseiller aux candidats de ne pas consacrer un temps excessif à l'ensemble de l'exercice qui est prévu pour être réalisé en 2 h 30 à 3 h.

 

Le correcteur évalue :

- la capacité à répondre avec exactitude et concision aux questions posées en faisant preuve d'esprit critique;

- la capacité à répondre à la problématique du sujet en une réflexion organisée, associant les connaissances personnelles et les informations prélevées dans les documents composant l'ensemble documentaire; on sanctionnera à cet égard la seule reprise des informations des documents, ou, a contrario, le simple récit du cours ignorant l'exploitation des documents;

- l'aptitude à lire et à interpréter un ensemble documentaire, à identifier, croiser, hiérarchiser, contextualiser, les informations prélevées dans les divers documents;

-la maîtrise de l'expression écrite.

 

Bien que la notation soit globale et exclue l'élaboration d'un barème détaillé, chacune des deux productions (réponse aux questions et rédaction d'une réponse au sujet), de nature fort différente, doit être prise en compte dans l'évaluation (on peut conseiller au correcteur de considérer que la réponse aux questions compte pour 40% environ dans l'appréciation d'ensemble de l'exercice et que la réponse rédigée au sujet intervient environ pour les 60% restant).

 

Sujet. Les années 1970 : un tournant dans la situation internationale ?

 

 

La (les) partie(s) du programme concernée(s) par le sujet :

Dans la première partie du programme de terminale L et ES ("Le monde de 1945 à nos jours"), cette étude porte sur le quatrième thème : "À la recherche d'un nouvel ordre mondial depuis les années 1970" qui représente 5 à 6 heures de cours.

 

La problématique :

 

 

Les questions :

1. Quelles tensions nouvelles pèsent sur l'économie mondiale au cours de la décennie 1970 ?

Les chocs pétroliers de 1973 et 1979 ont accéléré la fin des Trente Glorieuses, en provoquant une hausse du cours du pétrole ; l'Occident connaît un ralentissement de la croissance et le chômage. À la conférence d'Alger, les pays du Sud demandent un nouvel ordre économique international, c'est à dire la maîtrise de leurs ressources (matières premières), pour en fixer le prix à un niveau plus élevé.

 

2. Quelles difficultés fragilisent les Etats-Unis et l'Union soviétique ?

Les États-Unis ont perdu un allié fidèle en Iran en la personne du shah ; la prise d'otages à l'ambassade américaine de Téhéran montre l'impuissance de la superpuissance et le régime de l'ayatollah Khomeiny dénonce avec violence l'agressivité américaine.

En URSS, Soljénitsyne et d'autres dissidents, tels Sakharov, encouragés par le dialogue amorcé Est - Ouest, contestent le système politique soviétique et revendiquent une libéralisation du régime : démocratie pluraliste, et garantie des libertés.

 

3. Quelle persistance de l'influence des deux grandes puissances le document 5 montre-t-il ?

La carte indique que, même à la fin des années 1970, Américains et Soviétiques ont encore une influence sur de larges parties du monde. Leurs influences sont rivales notamment en Afrique. L'URSS accroît son expansion vers l'Océan indien par l'invasion de l'Afghanistan ; le Nicaragua est, après Cuba, le second régime opposé aux Etats-Unis en Amérique latine.

 

4. Comment la cogestion du monde par les deux Grands est-elle remise en cause ?

Dans les années 1970, le mouvement des non-alignés souhaite organiser des partenariats privilégiés entre pays non-alignés, chaque État pouvant ainsi valoriser ses propres ressources. Le problème de la gestion des ressources vise surtout l'Occident, mais l'idée de non-alignement marque également une distance à l'égard de l'URSS.

L'affirmation de l'islamisme échappe aux deux Grands ; des conflits nouveaux évoluent en dehors de la cogestion américano-soviétique, notamment au Proche et Moyen Orient.

 

La réponse organisée au sujet :

Un changement de conjoncture économique et politique marque les années 1970. Les chocs pétroliers (document 1) et les revendications des pays du Sud (document 2) concernant l'ordre économique international laissent penser qu'un conflit Nord - Sud peut menacer la paix mondiale ; l'Occident ressent d'autant plus cette impression que ces événements sont contemporains de la fin des Trente Glorieuses, période de forte croissance et de plein emploi au cours de laquelle la suprématie occidentale s'est affirmée (puissance du dollar...).

L'affaiblissement des deux Grands : après le flottement du dollar, les Américains connaissent l'échec au Vietnam ; le doute et l'affaiblissement des Etats-Unis semblent caractériser la présidence de Jimmy Carter comme en témoigne la perte de l'allié iranien et la prise d'otages à l'ambassade américaine de Téhéran (document 4). La signature des accords d'Helsinki a ouvert la voie à une contestation interne en URSS (document 3) dont le retard technologique et agricole par rapport à l'Occident s'accroît. L'invasion de l'Afghanistan (document 5), à la fin de la décennie, peut apparaître comme une affirmation de puissance, mais elle va révéler, au contraire, la faiblesse soviétique.

Une nouvelle donne internationale émerge : l'islamisme s'affirme comme force politique, notamment en Iran ; le terrorisme prend une importance nouvelle tandis que les conflits dits périphériques, tels le conflit sino-vietnamien ou les conflits du Proche-Orient se multiplient. Vers la fin des années 1970, si le conflit Est - Ouest demeure une réalité, d'autres lieux de tensions sont apparus ou se sont renforcés, permettant de constater l'émergence d'un monde multipolaire.

 

Eléments valorisables :