CORRIGE DU SUJET DE COMPOSITION

 

Mise en forme - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

Ces éléments nationaux de correction n'ont qu'une valeur indicative. Ils peuvent être complétés par ceux de la commission académique d’harmonisation et ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité des autorités académiques, chaque jury est souverain.

 

La composition doit permettre au candidat de faire la preuve de ses connaissances tout en les situant dans un questionnement.

En histoire comme en géographie, les productions graphiques (schéma(s)...) que le candidat peut réaliser à l'appui de son raisonnement, en fonction du sujet et de ses choix, seront valorisées.

Le correcteur évalue :

- la compréhension du sujet

- la maîtrise des connaissances privilégiant les approches synthétiques et les notions centrales du programme

- la capacité à organiser un plan ou une démonstration autour de quelques axes répondant au questionnement initial

- la pertinence des exemples d'appui et des productions graphiques. Ces dernières seront valorisées dans la notation

- la maîtrise de l'expression écrite.

 

 

Sujet : Le monde depuis les années 1970 : les bouleversements de l'ordre mondial

 

 

La (les) partie(s) du programme concernée(s) par le sujet :

Le sujet porte, au sein de la première partie du programme, Le monde de 1945 à nos jours, sur le dernier thème intitulé « À la recherche d'un nouvel ordre mondial depuis les années 1970 » ; il correspond à 5 ou 6 heures de cours.

 

Le cadre :

Les années 1970 constituent un tournant dans les relations internationales car l'équilibre précédent est remis en cause : dérèglement économique, moindre maîtrise du monde par les deux Grands, nouvelles formes d'opposition intérieures, multiplication des conflits dans le Tiers Monde. À partir de la fin des années 1970, l'affirmation de l'islamisme, sous différentes formes, constitue un autre fait majeur. Enfin, la disparition de l'Union soviétique met fin à la Guerre froide : les États-Unis s'imposent, non sans contestations, comme la seule superpuissance. Au milieu de ces profonds bouleversements qui façonnent le monde actuel, les organismes internationaux sont à la recherche d'un rôle nouveau, notamment face à la gestion des conflits locaux.

 

La problématique :

La complexité est donc la caractéristique principale de cette période de l'histoire des relations internationales ; la recherche d'un nouvel ordre mondial et surtout d'un acteur capable de mettre en place un certain « ordonnancement » du monde conduit à interroger le rôle des États-Unis d'une part, de l'ONU d'autre part.

 

Le plan et les thèmes :

Pour traiter le sujet, différents plans sont possibles, tant thématiques que chronologiques. On pourra attendre du candidat qu'il traite, à un moment ou un autre, d'une manière plus ou moins développée en fonction de son plan, des thèmes suivants :

- Les années 1970-1973 constituent un renversement de la conjoncture internationale. La gestion du monde par les deux Grands s'essouffle (conflits périphériques, problèmes internes, nouvelles concurrences). La conjoncture économique se renverse avec la dévaluation du dollar et le premier choc pétrolier, consécutif à la guerre du Kippour. Ces faits sont contemporains de la revendication des pays du Tiers Monde de mieux contrôler leurs ressources. La détente, en revanche, semble porter ses fruits dans les relations Est-Ouest avec les accords d'Helsinki.

- Les années 1980 marquent la fin de la Guerre froide après un épisode de « guerre fraîche » marqué par les dernières poussées soviétiques et la relance de la course aux armements : à partir du milieu de la décennie, les relations se détendent et les différentes démocraties populaires ouvrent progressivement le rideau de fer ; la fin de l'URSS laisse les États-Unis comme seul « supergrand ». En revanche, d'autres lieux de la planète connaissent des tensions : après la révolution islamique en Iran, le conflit Iran-Irak échappe aux analyses traditionnelles.

- La décennie 1990 pose le problème de l'ordre mondial à venir : la guerre du Golfe, parmi d'autres événements, se déroule sous l'égide de l'ONU et laisse penser que l'organisation internationale pourrait reprendre l'initiative. Cependant, ses limites apparaissent très vite : apparition de nouvelles menaces comme le terrorisme islamiste, les guerres civiles, les génocides... La donne internationale change radicalement avec la destruction des tours du World Trade Center à New York le 11 septembre 2001 : actions militaires américaines sans mandat de l'ONU.

 

Eléments valorisables :