EXPLICATION D’UN DOCUMENT D’HISTOIRE

 

Mise en forme du sujet - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

« I have a Dream ».

 

« Il y a un siècle de cela, un grand Américain qui nous couvre aujourd’hui de son ombre symbolique signait notre acte d’émancipation. Mais un siècle plus tard, le Noir n'est toujours pas libre ; un siècle plus tard, la vie du Noir est toujours tristement handicapée par les menottes de la ségrégation et les chaînes de la discrimination ; un siècle plus tard, le Noir vit isolé sur une île d'indigence au milieu d'un vaste océan de prospérité ; un siècle plus tard, le Noir languit toujours dans les coins de la société américaine et il se trouve en exilé dans sa propre terre. [...] Il n’y aura ni repos ni tranquillité en Amérique tant que le Noir n’aura pas obtenu ses droits de citoyen. Les tourbillons de la révolte continueront de secouer les fondations de notre nation jusqu’au lever lumineux du jour de la justice […]

Donc, mes amis aujourd'hui je vous dis que quoique nous devions faire face aux difficultés d'aujourd'hui et de demain, j'ai tout de même un rêve. C'est un rêve qui est profondément enraciné dans le rêve américain. Je rêve qu'un jour cette nation se dressera et fera honneur à la vraie signification de son article de foi : « Nous tenons ces vérités comme évidentes, que tous les hommes sont créés égaux. » Je rêve qu'un jour sur les collines rouges de Géorgie, les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d'esclaves pourront s'asseoir ensemble à la table de la fraternité. Je rêve qu'un jour, même l'État du Mississippi, un État qui étouffe dans la fournaise de l'injustice, qui étouffe dans la fournaise de l'oppression, sera transformé en une oasis de liberté et de justice. Je rêve que mes quatre jeunes enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés par la couleur de leur peau, mais à la mesure de leur caractère. Je rêve qu'un jour, mes quatre gosses vivront dans une nation où ils seront jugés non sur la couleur de leur peau, mais sur la réalité de leur personne. [...]

Et ce sera le jour, ce sera le jour où tous les enfants de Dieu pourront chanter avec une signification nouvelle : « Ma patrie c'est toi, douce terre de liberté, c'est toi que je chante. Terre où mes aïeux sont morts, terre fierté du Pèlerin; que du versant de chaque montagne retentisse le carillon de la liberté. » Et si le destin de l'Amérique est d'être une grande nation, tout cela doit devenir vrai. »

 

Discours prononcé par Martin Luther King à l'issue de la « marche de la liberté », sur les marches du Lincoln Mémorial à Washington D.C., le 28 août 1963.

 

Questions :

 

1. Présentez le document et la situation politique et sociale de la minorité noire dans les années 1960. Pourquoi M.L. King évoque-t-il particulièrement la situation de l'État de Géorgie ?

2. Pourquoi M.L. King fait-il référence au rêve américain ? D'où vient la phrase en italique ?

3. Que propose M.L. King ? Y a-t-il des attitudes différentes dans la communauté noire ?

4. Précisez la portée du document. Y a-t-il finalement eu des améliorations pour les Noirs ?