EXPLICATION D’UN DOCUMENT D’HISTOIRE

 

Mise en forme du sujet - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

La théorie de la désobéissance civile selon Gandhi.

 

« Le mot Satyagraha fut créé par moi alors que je me trouvais en Afrique du Sud [...]. Étymologiquement, le mot signifie : se retenir à la vérité, d'où Force de Vérité [...]. En pratiquant le Satyagraha, je m'aperçus rapidement que la recherche de la vérité n'admettait point qu'on eut recours à la violence contre son adversaire et qu'il fallait arriver à le tirer de l'erreur par la patience et la sympathie car ce qui paraît vérité à l'un peut sembler erreur à l'autre. Dans le domaine politique, lutter dans l'intérêt du peuple consiste surtout à combattre l'erreur manifestée sous forme de lois injustes [...]. Il s'ensuit que le Satyagraha apparaît d'une façon générale aux yeux du public comme une désobéissance civile ou une résistance civile ; elle est civile en ce sens qu'elle n'est pas criminelle. Le criminel enfreint les lois subrepticement et tâche de se soustraire au châtiment. Tout autrement agit celui qui résiste civilement. Il se montre toujours respectueux des lois de l'État auquel il appartient, non par crainte des sanctions, mais parce qu'il considère ces lois nécessaires au bien de la société. Seulement, en certaines circonstances, assez rares, la loi est si injuste qu'obéir semblerait un déshonneur. Alors, ouvertement et civilement, il viole la loi et subit avec calme la peine encourue pour cette infraction. »

 

Article de Gandhi dans La Jeune Inde, novembre 1919.

 

Questions :

 

1. Présentez le document et le contexte de sa parution. Précisez l’extension de l’empire britannique à l’époque.

2. Quelle doit être l’attitude des Indiens vis-à-vis de la question coloniale ?

3. Pourquoi ?

4. Cette pratique sera-t-elle mise en place ? Avec quels résultats ?