EXPLICATION D’UN DOCUMENT D’HISTOIRE

 

Mise en forme du sujet - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

La vocation coloniale de la France, selon Paul Reynaud.

 

« Le Français a la vocation coloniale. Cette vérité était obscurcie. Les échecs passagers du XVIIIe siècle avaient fait oublier deux siècles d'entreprise et de réussite. En vain, depuis cent ans, nous avions retrouvé la tradition, remporté des succès magnifiques et ininterrompus : Algérie, Indochine, Tunisie, Madagascar, Afrique occidentale, Congo, Maroc. Malgré tout, le préjugé subsistait : le Français, répétait-on, n'est pas colonial. Il a fallu l'exposition actuelle et son triomphe inouï pour dissiper les nuées. Aujourd'hui la conscience coloniale est en pleine ascension. Des millions et des millions de Français ont visité les splendeurs de Vincennes. Nos colonies ne sont plus pour eux des noms mal connus, dont on a surchargé leur mémoire d'écoliers. Ils en savent la grandeur, la beauté, les ressources, ils les ont vues vivre sous leurs yeux. Chacun d'eux se sent citoyen de la grande France, celle des cinq parties du monde. Cette révélation vient à son heure. Alors que la lutte économique est plus sévère que jamais, les colonies enseignent aux Français le courage et la confiance. Elles n'accueillent point les faibles, il faut avoir l'âme bien trempée pour y prospérer et seulement pour y vivre. L'élite qu'elles exigent et qu'elles forment aura le corps robuste et le coeur sans défaillance, ceux à qui manqueraient ces qualités s'élimineront d'eux-mêmes, la rudesse de la tâche à accomplir fera les solides ouvriers. Si le nombre est restreint de ceux qui doivent travailler de leurs mains à l'œuvre coloniale, tous en France en profiteront. Déjà la France extérieure est le plus gros client de la France d'Europe et le premier de ses fournisseurs ; le quart de la production totale de nos tissus de coton est absorbé par nos colonies. Que de chômeurs si ce débouché se fermait brusquement ! [...]

Mise au service de la France d'Outre-mer, l'étonnante ressource financière de la France d'Europe lui apportera une merveilleuse fécondité. Les emprunts que le Parlement a votés en faveur des colonies vont permettre à l'État d'y répandre les disciplines de la production moderne en subordonnant à leur adoption son aide financière.

La mise en valeur de la France extérieure fournira pour longtemps à notre ambition collective un idéal sans cesse renouvelé. »

 

Préface de Paul Reynaud* au Livre d'or de l'Exposition coloniale, Paris, Fédération française des anciens coloniaux, 1931.

 

* Paul Reynaud (1878-1966), alors ministre des Colonies, s’exprime lors de l'Exposition coloniale de 1931 à Vincennes (33 millions d'entrées de juillet 1931 à février 1932)

 

Questions :

 

1. Présentez le document.

2. Comment peut-on expliquer l'organisation, en 1931, d'une Exposition coloniale à Vincennes ? Quelle vision de la colonisation française donne le document ?

3. Commentez la phrase du texte : « Alors que la lutte économique est plus sévère que jamais, les colonies enseignent aux Français le courage et la confiance ».

4. Quels sont les aspects positifs que, d'après ce texte, les colonies apportent et doivent apporter aux Français ?

5. Que nous révèle l'absence de mention des indigènes des colonies dans ce texte ? Quelle place ont-ils dans l'Empire colonial français ?