EXPLICATION D’UN DOCUMENT D’HISTOIRE

 

Mise en forme du sujet - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

Le Manifeste des deux milles mots et le Printemps de Prague, 1968.

 

« Le manifeste des deux mille mots » est paru dans la presse tchèque le 28 juin 1968. Il a été signé par des centaines de personnalités tchécoslovaques.

 

« Les deux mille mots destinés aux ouvriers, paysans, fonctionnaires, savants, artistes et à tous les autres. La parti communiste qui avait joui après guerre d’une large confiance la monnaya petit à petit contre les charges officielles - jusqu’à les obtenir toutes et ne posséder plus rien d’autre. Se confondre avec l’Etat priva le Parti de l’avantage que représente le recul par rapport au pouvoir exécutif. Dès lors le travail de l’Etat se déroulait à l’abri de toute critique, le parlement perdit l’habitude de délibérer, le gouvernement celle de gouverner et les dirigeants celle de diriger. L’honneur individuel et collectif est tombé en désuétude, l’honnêteté ne menait à rien et il aurait été dérisoire de compter sur sa propre valeur pour se faire apprécier. Nous nous adressons à vous dans ce moment d’espoir, sur lequel planent cependant toujours les menaces. Faisons donc attention à ce qui va se passer, renonçons une fois pour toutes à la vaine attente qu’un supérieur nous serve la seule explication valable et la seule conclusion bien simple. En premier lieu, nous nous opposerons aux idées selon lesquelles il serait possible d’entreprendre un renouveau démocratique sans les communistes, voire contre eux. Le PC prépare son Congrès, qui devra élire le nouveau comité central : il faut exiger qu’il soit meilleur que l’actuel, [que] le parti communiste déclare vouloir désormais appuyer sa position dirigeante sur la confiance des citoyens plutôt que sur la contrainte [...] Comme en 1945, le printemps nous a apporté à nouveau cette année une grande occasion. Nous avons en effet une fois de plus la chance de prendre en main notre affaire commune, qui porte le nom d’élaboration du socialisme, et de mieux la façonner à l’image de notre ancienne réputation honorable et de l’opinion relativement favorable que nous avions jadis de nous-mêmes. »

 

Le Manifeste des deux milles mots, cité par Pavel TIGRID, Le Printemps de Prague, Le Seuil 1968.

 

Questions :

 

1. Présentez le contexte historique dans lequel ce texte a été rédigé.

2. Quel est le processus décrit dans la première partie du texte ? Nommez-le et décrivez-le.

3. Quelles sont les revendications des auteurs de ce manifeste ? Comment les comprendre et les replacer dans le modèle idéologique socialiste ?

4. Quelle a été l’issue de ce soulèvement de 1968 ?

5. Montrez brièvement que cette crise n’est pas la seule qui frappa les démocraties populaires.