EXPLICATION D’UN DOCUMENT D’HISTOIRE

 

Mise en forme du sujet - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

Les décisions de la conférence de Berlin, le 26 février 1885.

 

« Sa Majesté l'empereur d'Allemagne, roi de Prusse, Sa Majesté l'empereur d'Autriche, roi de Bohême, etc.* [...].

Voulant régler, dans un esprit de bonne entente mutuelle, les conditions les plus favorables au développement du commerce et de la civilisation dans certaines régions d'Afrique, et assurer à tous les peuples les avantages de la libre navigation sur les deux principaux fleuves africains qui se déversent dans l'océan Atlantique ; désireux, d'autre part, de prévenir les malentendus et les contestations que pourraient soulever à l'avenir les prises de possession nouvelles sur les côtes de l'Afrique, et préoccupés, en même temps, des moyens d'accroître le bien-être moral et matériel des populations indigènes, ont résolu, sur invitation qui leur a été adressée par le gouvernement impérial d'Allemagne, d'accord avec le gouvernement de la République française, de réunir à cette fin une Conférence à Berlin [...] et ont adopté :

Art. 1 - Tous les pavillons, sans distinction de nationalité, auront libre accès à tout le littoral des territoires énumérés ci-dessus, aux rivières qui s'y déversent dans la mer, à toutes les eaux du Congo et de ses affluents, y compris les lacs, à tous les ports situés au bord de ces eaux. [...]

Art. 6 - Toutes les puissances exerçant des droits de souveraineté ou une influence dans lesdits territoires s'engagent à veiller à la conservation des populations indigènes et à l'amélioration de leurs conditions morales et matérielles d'existence et à concourir à la suppression de l'esclavage et surtout la traite des noirs ; elles protégeront et favoriseront […] toutes les institutions et entreprises religieuses, scientifiques ou charitables, créées et organisées à ces fins, ou tendant à instruire les indigènes et à leur faire comprendre et apprécier les avantages de la civilisation. [...]

Art. 13 - La navigation du Congo est et demeurera entièrement libre pour les navires marchands [...] de toutes les nations. [...]

Art. 34 : La puissance qui prendra possession d'un territoire sur les côtes du continent africain situé en dehors de ses possessions actuelles [...] ou qui viendrait à en acquérir avertira les autres puissances signataires, afin de les mettre à même de faire valoir, s'il y a lieu, leurs réclamations.

Art. 35 - Les puissances signataires [...] reconnaissent l'obligation d'assurer, dans les territoires occupés par elles, [...] l'existence d'une autorité suffisante pour faire respecter les droits acquis et, le cas échéant, la liberté du commerce et du transit. »

 

* Suivent la liste et les titres des représentants des quatorze puissances participant à la conférence.

 

Questions :

 

1. Présenter le texte et les circonstances de la conférence.

2. Quels sont les objectifs de la colonisation, selon ce texte ?

3. À quelles conditions un État européen peut-il revendiquer une colonie ?

4. Quelles sont les garanties apportées aux populations indigènes ?