ETUDE D'UN ENSEMBLE DOCUMENTAIRE

 

Mise en forme du sujet - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

Sujet : L’Allemagne et Berlin, symboles de la Guerre froide (1947-1990).

 

Liste des documents :

 

Document 1 : Les divisions de l’Allemagne et de Berlin et les accès à l'île berlinoise

Document 2 : Le blocus de Berlin d’après Harry Truman, Mémoires, 1956

Document 3 : Caricature est-allemande, « Le Mur est le plus fort », 1961

Document 4 : Déclaration gouvernementale du chancelier Willy Brandt au Bundestag (Chambre des députés), le 28 octobre 1969

Document 5 : Caricature de Plantu dans Le Monde, 11 novembre 1989

 

Première partie :

Le candidat analysera l'ensemble documentaire en répondant aux questions suivantes :

 

1. Quelle est la situation de l’Allemagne et de Berlin en 1949 (document 1 et 2) ?

2. Rappelez pourquoi a été construit le mur de Berlin.

3. Quelle forme d’affrontement Est-Ouest est visible dans le document 3 ?

4. En quoi les documents 4 et 5 montrent une évolution du rôle des deux Allemagne dans les rapports Est-Ouest ?

 

Deuxième partie :

À l'aide des réponses aux questions, des informations extraites des documents et de ses connaissances personnelles, le candidat rédigera une réponse organisée au sujet :

« L’Allemagne et Berlin, symboles de la Guerre froide (1947-1990) »

 

 

Document 1 

Les divisions de l’Allemagne et de Berlin et les accès à l'île berlinoise

 

 

Document réalisé à partir du site http://www.wall-berlin.org, site en 3 langues (français, allemand, anglais) consacré à la commémoration de l’histoire de Berlin depuis 1945 et créé pour une exposition au Mémorial de Caen.

 

 

Document 2

Le blocus de Berlin d’après Harry Truman, Mémoires, 1956

 

« Il était visible que les Russes étaient résolus à nous faire partir de Berlin. Ils venaient de subir des échecs en Italie, en France, en Finlande ; leur satellite le plus puissant, la Yougoslavie, prenait soudain goût à l'indépendance et le programme d'aide à l'Europe commençait à porter ses fruits. Le blocus était la contre-attaque du communisme international et le Kremlin avait bien choisi son objectif.

Berlin, la vieille capitale qui était et qui est encore un symbole pour les Allemands, constituait peut-être le point le plus sensible de l'Europe. Si nous ne parvenions pas à y maintenir notre position, le communisme s'en trouverait redoutablement renforcé dans l'opinion publique allemande.

Or, notre position dans la capitale était précaire, et si nous voulions nous y accrocher, il fallait faire montre de notre force, malgré le risque toujours présent d'une réaction russe qui eût conduit à la guerre. Il nous fallait tenir compte de la possibilité que la Russie eût délibérément choisi de faire de Berlin le prétexte d'un conflit, mais un danger beaucoup plus immédiat était le risque de voir un pilote russe trop prompt à appuyer sur la détente, ou un commandant de chars soviétiques quelque peu échauffé, créer un incident qui mettrait le feu aux poudres. »


 

Document 3

Caricature est-allemande, « Le Mur est le plus fort », 1961

 

 

 

Document 4

Déclaration gouvernementale du chancelier Willy Brandt au Bundestag (Chambre des députés), le 28 octobre 1969

 

La tâche de la politique pratique dans les prochaines années sera de sauvegarder l'unité de la nation en veillant à mettre fin à l'état de crispation actuelle qui caractérise les relations entre les deux parties de l'Allemagne...

Vingt ans après la fondation de la république fédérale d'Allemagne et de la RDA, nous devons éviter que les deux parties de la nation allemande ne deviennent de plus en plus étrangères l'une à l'autre, c'est-à-dire, par un voisinage ordonné, aboutir à une vie en commun.

Il ne s'agit pas seulement ici d'un intérêt allemand, car il a aussi son importance pour la paix en Europe et pour les relations Est-Ouest. Notre attitude - et celle de nos amis - à l'égard des relations internationales de la RDA dépend pour une bonne part de l'attitude de Berlin-Est...

Il ne peut être question que le gouvernement fédéral reconnaisse la RDA au sens du droit international. Même s'il existe deux Etats en Allemagne, ils ne sont pas pour autant des pays étrangers l'un pour l'autre ; les relations qu'ils entretiennent entre eux ne peuvent être que d'une nature particulière.

Se rattachant à la politique de son prédécesseur, le gouvernement fédéral déclare que la volonté d'aboutir à des accords valables sur la renonciation mutuelle au recours à la force, ou à la menace du recours à la force, s'applique aussi à la RDA.

Le gouvernement fédéral conseillera aux Etats-Unis, à la Grande-Bretagne et à la France de poursuivre énergiquement les négociations entamées avec l'Union soviétique sur l'allégement et l'amélioration de la situation de Berlin. Il ne doit pas être porté atteinte au statut de la ville de Berlin qui est placée sous la responsabilité spéciale des Quatre Puissances. Cela ne doit pas empêcher pour autant de rechercher des facilités pour la circulation à Berlin et vers Berlin... Il faut donner à Berlin-Ouest la possibilité de contribuer à améliorer les relations politiques, économiques et culturelles entre les deux parties de l'Allemagne.

 

 

Document 5

Caricature de Plantu dans Le Monde, 11 novembre 1989