EXEMPLE DE CORRECTION DU SUJET D’EXPLICATION D’UN DOCUMENT D’HISTOIRE

 

Mise en forme - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

Le candidat répond à des questions. Il doit manifester une compréhension générale du document et faire preuve de sa capacité à identifier des informations et à les éclairer à partir de ses connaissances personnelles.

Comme le prévoit la définition de l'épreuve, le candidat ne répond qu'aux questions posées. L'ensemble de ces réponses ne comporte pas de limite de volume afin de ne pas brider le candidat ayant une réflexion approfondie et des connaissances pertinentes par rapport aux questions. Toutefois le temps limité dont il dispose doit l'inciter à fournir des réponses concises.

 

Le correcteur évalue :

- la compréhension globale du document ;

- la capacité du candidat à identifier des informations et à les éclairer par ses connaissances personnelles ;

- la concision et la rigueur des réponses ;

- la maîtrise de l'expression écrite.

 

Sujet : Ronald Reagan. Discours d'Orlando, le 8 mars 1983.

 

 

Question 1 :

Le 8 mars 1983, Ronald Reagan s'adresse à une convention de pasteurs à Orlando. Reagan est Président des USA depuis janvier 1981.  Cet ancien acteur et gouverneur de Californie avait été brillamment élu face au timoré Carter pour son programme de fermeté en politique extérieure. Depuis 1976 on observait en effet une recrudescence de l'expansionnisme soviétique, une accentuation du déploiement de fusées à moyenne portée en Europe de l'Est (SS20), la "guerre froide" s'était donc ravivée après plusieurs années de "détente".

 

Question 2 :

Reagan s'adresse à des pasteurs, donc à des personnes par principe pacifistes mais sensibles à une vision manichéenne du monde. Cette association chrétienne très conservatrice l'a d’ailleurs soutenu pendant sa campagne électorale. Il place l'affrontement entre les deux Grands sur le plan de la morale religieuse, opposant le Bien et le Mal. Reagan joue sur cette corde en rappelant que le pacifisme à tout prix manque de réalisme. L'Histoire avec un grand H et une objective observation des méfaits du communisme  soviétique plaident en faveur de la nécessité pour le camp des  bons (le bloc Ouest) de vaincre l' "Empire du mal" (le bloc Est) par le seul moyen possible, c'est à dire la force.

 

Question 3 :

Les faits de l'Histoire désignent sans doute le pacifisme que les démocraties d'Europe ont manifesté jusqu'au dernier moment malgré les agressions d'Hitler (Munich). La guerre aurait peut être été évitée si dès le début les occidentaux avaient opposé la force. Les pulsions agressives de l'empire du mal désignent les actions de l'URSS depuis 1945 : main mise sur les pays de l'Est, répression des révoltes dans ces pays comme à Budapest en 1956 ou à Prague en 1968, aide aux guérillas communistes en Asie, en Amérique latine et en Afrique ainsi qu'aux mouvements terroristes du moyen Orient et d'Europe occidentale, invasion de l'Afghanistan…

 

Question 4 :

Reagan refuse l'éventualité d'un gel des arme­ments nucléaires dans la mesure où l'équilibre des armements est en 1983 défavorable aux Américains : cela reviendrait à laisser aux Soviétiques une suprématie au moins numérique.

Reagan propose au Congrès son fameux plan de "guerre des étoiles", autrement dit IDS (Initiative de Défense Stratégique). L'IDS part du principe de surclasser technologiquement l'URSS dans le domaine des armements défensifs en rendant le territoire des USA  invulnérable aux fusées soviétiques. Pour cela il s'agissait de mettre au point des missiles antimissiles efficaces à 100% et des satellites "tueurs". Cette stratégie, qui comportait une part de bluff, s'est avérée payante. Incapables de suivre sur le plan technologique, les Soviétiques, conduits par Gorbatchev dès 1985 ont fini par composer. En 1987 Reagan et Gorbatchev signaient les accords de Washington, premiers vrais accords de désarmement. Peu après, l'URSS, frappée de décomposition, abandonnait son bloc. La guerre froide s'achevait.