EXEMPLE DE CORRECTION DU SUJET D’EXPLICATION D’UN DOCUMENT D’HISTOIRE

 

Mise en forme - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

Le candidat répond à des questions. Il doit manifester une compréhension générale du document et faire preuve de sa capacité à identifier des informations et à les éclairer à partir de ses connaissances personnelles.

Comme le prévoit la définition de l'épreuve, le candidat ne répond qu'aux questions posées. L'ensemble de ces réponses ne comporte pas de limite de volume afin de ne pas brider le candidat ayant une réflexion approfondie et des connaissances pertinentes par rapport aux questions. Toutefois le temps limité dont il dispose doit l'inciter à fournir des réponses concises.

 

Le correcteur évalue :

- la compréhension globale du document ;

- la capacité du candidat à identifier des informations et à les éclairer par ses connaissances personnelles ;

- la concision et la rigueur des réponses ;

- la maîtrise de l'expression écrite.

 

Sujet : La conférence de Yalta (février 1945).

 

 

Question 1 :

Ce document est un dessin d’origine anglo-saxonne paru dans Punch en 1945. Ce dessin est donc contemporain de la Conférence de Yalta qui se tient en Crimée, au bord de la mer Noire du 4 au 11 Février 1945 en URSS. A cette date la guerre n’est pas finie et l’Allemagne n’a pas encore capitulé. L’URSS, avec l’armée rouge, est en position favorable à moins de 70km de Berlin. Par contre, à l’ouest la situation est beaucoup moins favorable : l’offensive alliée a été ralentie par la contre offensive allemande de l’hiver 1944 et les anglo-américains n’ont pas encore franchi le Rhin. En Asie, face au Japon, les Américains marquent le pas et la bombe atomique n’est pas encore au point.

 

Question 2 :

La scène représente 3 personnages ou les 3 Grands, membres de la Grande Alliance depuis 1941, qui se sont coalisés pour vaincre les puissances de l’Axe : l’Allemagne nazie et ses alliés. Ces 3 Grands sont successivement de gauche à droite : Roosevelt malade, président des E.U, ici dans son quatrième mandat, au centre le Maréchal Staline, premier secrétaire du PCUS de l’URSS, auréolé de sa victoire terrestre de Stalingrad en 1943 contre les armées de la Wehrmacht qui occupe à cette époque une bonne partie de l’Europe centrale et orientale et à l’extrême droite, Churchill, Premier Ministre de l’Angleterre pays qui se bat contre les nazis depuis 1939. La France n’a pas été invitée et De Gaulle en sera ulcéré.

Les 3 hommes sont penchés sur la carte de l’Europe centrale et orientale et jouent avec un puzzle : Staline qui connaît bien la région semble sûr de lui et met ses pièces là où il veut; Churchill avec son célèbre cigare semble lui aussi vouloir avancer ses pièces; Roosevelt est plus hésitant et donne l’impression de jouer l’arbitre.

Ces tractations, ces marchandages, ont donné naissance au « mythe » de Yalta. Deux thèses s’opposent dans l’historiographie. Pour la première, Yalta est un partage du monde implicite, Roosevelt et Churchill s’étant laissé abuser par Staline. Une seconde rejette cette idée de « partage du monde », s’appuyant sur la réalité des conversations.

 

Question 3 :

Les décisions prises à Yalta par les trois Grands dans une atmosphère cordiale concernent plusieurs points :

- les trois participants consacrent une part importante des discussions aux opérations militaires car la capitulation sans conditions de l’Allemagne reste l’objectif premier. L’URSS s’engage à entrer en guerre contre le Japon 3 mois après la fin de la guerre en Europe à condition d’obtenir les territoires perdus en 1905 contre le Japon et cession des îles Kouriles.

- les discussions portent aussi sur la création des Nations Unies, organisation dans laquelle les soviétiques rentrent : c’ est l’idée qui tient le plus au coeur de Roosevelt, démocrate idéaliste. Les 3 se mettent d’accord pour la convocation d’une conférence à San Francisco en Avril 1945 pour créer l’ONU. Cet organisme international fera suite à l’impuissante SDN et aura pour but la sécurité collective …

- une part des débats porte sur l’avenir de l’Europe : des principes généraux, comme le droit des peuples à choisir leur gouvernement et la volonté de restaurer la démocratie dans les pays libérés sont énoncés. Un des points importants porte sur le sort de l’Allemagne après sa capitulation : les 3 Grands prévoient son partage en 3 zones d’occupation. La lutte des résistants français permet à la France de se placer dans le camp des vainqueurs et grâce à Churchill, elle obtiendra une zone d’occupation prélevée sur les zones attribuées aux Britanniques et Américains. L’Allemagne paiera à l’URSS la moitié des réparations soit 20 milliards de dollars. Au niveau des frontières, l’URSS est la grande gagnante : les accords confirment l’annexion des Etats baltes et de l’est polonais mais l’entente ne peut se faire sur la frontière ouest de la Pologne: l’Oder est retenu comme ligne mais la Neisse est difficile à déterminer. La Pologne s’agrandira à l’ouest mais le point le plus crucial reste celui de son avenir politique entre le gouvernement pro-soviétique et les membres du gouvernement de Londres pro-occidental.

 

Question 4 :

Un certain nombre de décisions prises Yalta furent respectées comme la création de l’ONU, l’ entrée en guerre des soviétiques en Août 1945,le statut de l’ Allemagne et le partage des zones d’occupation. Par contre le flou de certaines décisions (élections libres), l’ambiguïté de certains termes (démocratie), l’absence de certaines décisions (Neisse occidentale ou orientale) vont permettre à Staline d’avancer ses « pions ». Les relations entre anciens alliés se détériorent au lendemain de Yalta. Staline refuse malgré ses engagements d’élargir le gouvernement polonais de Lublin pro-soviétique aux autres formations politiques et les élections libres n’ont pas lieu. L’influence soviétique s’étend dans toute l’Europe de l’est et dès 1946 Churchill dénoncera le « rideau de fer ».