EXEMPLE DE CORRECTION DU SUJET D’EXPLICATION D’UN DOCUMENT D’HISTOIRE

 

Mise en forme - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

Le candidat répond à des questions. Il doit manifester une compréhension générale du document et faire preuve de sa capacité à identifier des informations et à les éclairer à partir de ses connaissances personnelles.

Comme le prévoit la définition de l'épreuve, le candidat ne répond qu'aux questions posées. L'ensemble de ces réponses ne comporte pas de limite de volume afin de ne pas brider le candidat ayant une réflexion approfondie et des connaissances pertinentes par rapport aux questions. Toutefois le temps limité dont il dispose doit l'inciter à fournir des réponses concises.

 

Le correcteur évalue :

- la compréhension globale du document ;

- la capacité du candidat à identifier des informations et à les éclairer par ses connaissances personnelles ;

- la concision et la rigueur des réponses ;

- la maîtrise de l'expression écrite.

 

Sujet : Le communiqué final de la conférence de Yalta (autre extrait).

 

 

Question 1 :

Le document est un extrait du communiqué de presse commun rendu public au terme des entretiens de Yalta qui se sont déroulés du 4 au 11 Février 1945 à Yalta, sur les rivages de la Mer Noire, en Crimée, c'est à dire en territoire soviétique, Staline accueillant les dirigeants alliés anglo-saxons. Le communiqué est commun aux trois signataires, Joseph Staline président du conseil des commissaires du peuple de l'URSS et premier secrétaire du PCUS, Franklin D. Roosevelt, président des Etats-Unis et Winston Churchill, premier ministre britannique, et il définit les points d'accord entre les 3 dirigeants alliés sur le règlement de la guerre et la préparation de la paix à venir.

La défaite allemande est à l'époque inéluctable mais pas encore imminente. Sur le plan militaire les soviétiques ont l'avantage d'être à 70 kilomètres de Berlin après avoir libéré l'essentiel de l'Europe orientale et centrale. En revanche les anglo-saxons sont encore bloqués sur la rive gauche du Rhin, leur offensive victorieuse marquant le pas en Europe après la libération de la France et de la Belgique, et ils doivent aussi partager leurs forces pour combattre en Extrême-Orient contre le Japon qui recule mais offre une résistance acharnée. Roosevelt est en outre à l'époque affaibli par la maladie et le contexte général de la conférence de Yalta est donc favorable à Staline.

 

Question 2 :

 

 

DECISIONS

MISE EN APPLICATION

Sort de l'Allemagne

w Démembrement de l'Allemagne vaincue avec occupation militaire et découpage en 3 zones d'occupation , 4 si la France le souhaite

 

w autorité suprême sur l'Allemagne confiée à une commission de contrôle à 3 ou 4

 

w Destruction du militarisme allemand

w Dénazification et jugement des criminels de guerre

w Découpage de l'Allemagne en 4 zones d'occupation à l'ouest de la ligne Oder-Neisse, et occupation quadripartite de Berlin ( USA, URSS, GB, Fr)

w Disparition de l'Allemagne en tant qu'état,

et autorité suprême sur l'Allemagne confiée au conseil des quatre

w Désarmement de l'Allemagne

w Mise en jugement et condamnation des responsables nazis, notamment au tribunal de Nuremberg en 1946, pour crimes de guerre, mais aussi pour crime contre l'humanité.

Organisation de la paix

w Création d'une organisation internationale pour la sauvegarde de la paix

w Convocation d'une conférence des Nations Unies à San Francisco en Avril 45

w Naissance de l'ONU à San Francisco à la date prévue, avec un directoire à 5 ( USA, URSS, BG, Chine, Fr)

w Adoption de la Charte des NU le 26 Juin 1945

Sort de l'Europe libérée

w Elimination des vestiges du nazisme et du fascisme

 

 

 

w Reconstruction de la vie économique nationale

w Droit des peuples à disposer d'eux-mêmes

et mise en place d'institutions démocratiques

w Epuration largement menée, spontanée puis sous le contrôle de la justice, malgré les insuffisances et les manquements, et disparition des institutions héritées du nazisme ou du fascisme

w Selon le modèle capitaliste à l'ouest, selon le modèle socialiste imposé par l'URSS à l'est

w C'est le cas en Europe occidentale dans les pays libérés par les Etats-Unis, mais à l'est, l'URSS impose son système politique et met sous tutelle les régions libérées et occupées par l'Armée Rouge, à commencer par la Roumanie et la Bulgarie, sans oublier l'Estonie, la Lettonie et la Lithuanie.

 

 

Question 3 :

1. Le sort de la Pologne (ouverture du gouvernement provisoire à des démocrates, élections libres au suffrage universel et à bulletin secret, frontière orientale sur la ligne Curzon et extension de la Pologne vers l'ouest et le nord)

2. L'extension territoriale de l'URSS vers l'ouest, jusqu'à la ligne Curzon aux dépens de l'ancienne Pologne mais aussi aux dépens des Etats Baltes (silence des accords sur ce point ce qui équivaut à un abandon par les anglo-saxons, l'armée rouge occupant ces pays)

3. Le paiement de réparations par l'Allemagne, l'URSS devant en percevoir une très large part pour avoir "supporté le fardeau principal de la guerre"

4. L'accord secret sur l'Extrême-Orient qui prévoit l'entrée en guerre de l'URSS contre le Japon trois mois au plus tard après la capitulation allemande, moyennant diverses conditions (îles Kouriles, sud de Sakhaline à l'URSS…)

 

Question 4 :

Les accords de Yalta ne constituent en aucune manière un "partage du monde", idée chère au général De Gaulle et véritable mythe entretenu par les gaullistes. Il est vrai que les relations entre le général De Gaulle et les anglo-saxons étaient difficiles et très tendues, avec Churchill mais surtout avec Roosevelt, que le chef de la France Libre n'avait pas été invité à Yalta, le président des Etats-Unis l'invitant même sur le chemin du retour à venir le voir à Alger, c'est à dire en territoire français, humiliation supplémentaire que le chef du GPRF refusa évidemment.

Les trois grands n'en avaient d'ailleurs ni le pouvoir, ni l'intention puisqu'ils proclament le droit de tous les peuples à disposer d'eux-mêmes et posent les jalons d'institutions internationales ayant en fait vocation à unifier le monde pour en y préserver la paix et la sécurité.

Si partage il y eut, ce n'est qu'un partage de l'Allemagne vaincue en zones d'occupations et une série de modifications territoriales profitant essentiellement à l'URSS. C'est plutôt à la conférence de Moscou entre Churchill et Staline en Octobre 44 que les deux hommes d'état se mirent d'accord sur un partage d'influence en Europe balkanique, et ce sont en fait les opérations militaires puis la guerre froide après 1947 qui entraîneront véritablement un partage de l'Europe et du monde.

A Yalta, c'est un esprit de coopération et de collaboration qui règne encore entre les alliés et il s'agit en fait de réorganiser le monde de l'après-guerre plutôt que de le partager.