EXEMPLE DE CORRECTION DU SUJET D’EXPLICATION D’UN DOCUMENT D’HISTOIRE

 

Mise en forme - Arnaud LEONARD – Lycée Français de Varsovie

 

 

Le candidat répond à des questions. Il doit manifester une compréhension générale du document et faire preuve de sa capacité à identifier des informations et à les éclairer à partir de ses connaissances personnelles.

Comme le prévoit la définition de l'épreuve, le candidat ne répond qu'aux questions posées. L'ensemble de ces réponses ne comporte pas de limite de volume afin de ne pas brider le candidat ayant une réflexion approfondie et des connaissances pertinentes par rapport aux questions. Toutefois le temps limité dont il dispose doit l'inciter à fournir des réponses concises.

 

Le correcteur évalue :

- la compréhension globale du document ;

- la capacité du candidat à identifier des informations et à les éclairer par ses connaissances personnelles ;

- la concision et la rigueur des réponses ;

- la maîtrise de l'expression écrite.

 

Sujet : Le Manifeste des deux milles mots et le Printemps de Prague, 1968.

 

 

Question 1 :

1. En 1968, le bloc soviétique est largement constitué, l’Europe de l’Est est complètement entrée dans l’orbite soviétique et constitue un glacis protecteur aux marges occidentales de l’URSS. Cependant une série de crises et de tensions marquent ces Etats nés tout de suite après guerre. La Tchécoslovaquie bascule sous influence soviétique en 1948 avec le Coup de Prague. Le gouvernement de coalition tchécoslovaque qui comprend des communistes est tenté en 1947 d’accepter le plan Marshall. Sous la pression des communistes soutenus par Moscou, le Président de la République, Benes, dissout le gouvernement qui est remplacé par un gouvernement communiste. Des élections législatives truquées donnent ensuite la majorité aux partisans de Moscou. Vingt ans plus tard une crise secoue cette démocratie populaire.

 

Question 2 :

2. De 1948 à 1968, le gouvernement communiste tchécoslovaque s’applique à transformer le pays en une démocratie populaire sur le modèle soviétique. On parle de satellisation. « Le parti communiste qui avait joui après la guerre d’une large confiance la monnaya petit à petit contre les charges officielles - jusqu’à les obtenir toutes et ne posséder plus rien d’autre. » Les démocraties populaires entrent dans l’orbite soviétique et « gravitent autour » du « grand frère » dans une relation de totale dépendance économique, politique et idéologique. Ce régime s’appuie sur un parti unique et se double d’un contrôle total de la société. « Se confondre avec l’Etat priva le Parti de l’avantage que représente le recul par rapport au pouvoir exécutif. »

 

 

Question 3 :

3. Les revendications des auteurs de ce manifeste ne mettent pas en avant une sortie du socialisme. « Nous avons en effet une fois de plus la chance de prendre en main notre affaire commune, qui porte le nom d’élaboration du socialisme, et de mieux la façonner à l’image de notre ancienne réputation honorable (...) » mais plutôt une transformation pour aboutir à ce que l’on a appelé un « socialisme à visage humain » (A. Dubcek). « Le PC prépare son Congrès, qui devra élire le nouveau comité central : il faut exiger qu’il soit meilleur que l’actuel, [que] le parti communiste déclare vouloir désormais appuyer sa position dirigeante sur la confiance des citoyens plutôt que sur la contrainte [...] ». Les auteurs réclament donc une réforme du système en vue de l’adapter aux besoins de l’homme et aux besoins de chaque pays. Il y a selon eux différentes voies pour parvenir au socialisme.

 

Question 4 :

4. La répression soviétique se fait par l’intermédiaire des troupes du pacte de Varsovie, en grande majorité composées de soldats des autres démocraties populaires. Méthode proprement machiavélique car l’ordre est maintenu par d’autres que par les troupes du « souverain » elles-mêmes ; en clair, cette répression sert d’exemple et d’avertissement à la fois. Ainsi en Pologne, ce sont les forces polonaises elles-mêmes qui agissent en 1970.

 

Question 5 :

5. A partir de la mort de Staline et jusqu’à la fin des années 1970 plusieurs graves insurrections secouent certaines des démocraties populaires :

- 1953 : à Berlin, et dans plusieurs villes de RDA, les forces soviétiques rétablissent l’ordre.

- 1956 : à Varsovie (octobre), une solution négociée est trouvée entre Moscou et le nouveau secrétaire général du parti ouvrier unifié polonais (Gomułka).

- 1956 : à Budapest (oct.- nov.), les chars soviétiques écrasent l’insurrection.

- 1968 : à Prague (Printemps de Prague), les chars du pacte de Varsovie écrasent l’insurrection.

- 1970 : à Gdańsk, les forces de l’ordre polonaises exercent une répression sanglante.